Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Affaire des familles expulsées , cinquième jour

lundi 13 décembre 2010, écrit par : A Nedjar, mis en ligne par : Boutebna N.

Beaucoup de lecteurs, d’internautes de forumistes ou de simples passants se sont enquis de l’état et de la situation des familles expulsées de leurs logements.Logements qui se réduisaient, l’avions nous dit en une seule et unique pièce pour chaque famille.
Il faut signaler que le jour même de l’ expulsion, juste avant la publication de notre article, c’est-à-dire Mercredi, tard dans la soirée, nous avons été reçu par le responsable de la wilaya chargé de la permanence. Ce dernier a recueilli nos déclarations .Immédiatement et ,vraisemblablement après en avoir avisé les hautes autorités de la Wilaya, un dispositif a été mis en place par les éléments de la sureté nationale pour la protection des familles ainsi que leurs biens qui jonchaient le trottoir .Un hébergement en centre d’accueil leur a été proposé également .

Aux premières heures de la journée suivante , requis par leurs responsables, des agents de la Daïra se sont déplacés à même les lieux pour s’enquérir de la situation de ces familles

 
Du constat effectués sur les lieux ,les chefs de familles ont été invités à se présenter ce lundi dans les bureaux de la Daïra pour être reçus et écoutés par le chef de Daïra en personne qui leur donnera également l’occasion d’expliciter toutes leurs situations .
Elles ont été également invitées à formaliser des dossiers administratifs qui seront déposés le même jour auprès de la commission de Daïra pour examen de dossiers de demandeurs de logements sociaux.

 
Il est à souligner qu’en dehors de la solidarité et du soutien manifestés spontanément par toutes les tranches de la population, certains élus et à leur tête le président de l’APC en personne ,se sont déplacés sur les lieux pour exprimer leurs préoccupations.

Ainsi, les meubles restés sous intempéries ont été enlevés par les agents et les moyens de la mairie pour être entreposés et mis à l’abri dans un garde meubles.

 
Les enfants scolarisés ont manqués certes le cours du jeudi dans l’après midi mais ils ont continué à fréquenter normalement leurs écoles toutes proches bien que les révisions des cours s’accomplissaient en plein air dans la cour intérieur de la harra, ce qui semblait les exciter et les amuser drôlement.

 
Pour ne pas avoir à séparer à différents endroits les fratries ; pour employer le jargon des services sociaux spécialisés dans l’accueil et la prise en charge de la petite enfance, nombreux citoyens se sont déclarés pour leurs prises en charges . l’hébergement de jour comme de nuit à continué à être assuré par les voisins et les amis.

 
Ainsi , nous avons de bonnes raisons de croire que le dossier de ces familles est sérieusement pris en main et que des solutions heureuses seront sans doute dégagées dans les heures sinon les jours à venir .

 
Le carrousel des visites et de soutiens manifestés à ces familles ballotées, vivant le stress et le désespoir depuis de longs mois , leur donne d’afficher maintenant un optimisme certain qui laisse augurer au répit et au repos ,bien attendus.

Avec l’implication de toutes les parties intéressées ou concernées par ce drame ,nous espérons voir ces familles retrouver rapidement le sourire qui leur a tant manqué et que les enfants auront à nouveau le bonheur d’exister comme tous les autres enfants de leurs âges. 

 
L’opinion étant témoin de ce-déni" de vie de l’une de ses composantes,fragile de surcroit, ne manquera pas d’être informée des suites réservées à cette affaire .


Partager cet article :

Suite à un probleme technique, l'option des commentaires a été desactivée. Veuillez nous en excuser

Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités.
En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus