Accueil > Sétif profond > Sétif Ville >

Affrontements entre des commerçants de la cité Kerouani et la police

vendredi 21 octobre 2011, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Des affrontements ont opposé, jeudi, les commerçants de gros de produits alimentaires activant dans la cité Kerouani (les Abattoirs), à la sortie sud de la ville de Sétif et les forces de police, après que ces commerçants bloquent la route menant à la cité pour dénoncer le récent arrêté du wali interdisant l’accès aux camions lourds dans la cité.

Le dit arrêté est venu, rappelle-t-on, suite aux protestations des locataires de cette cité en raison des-énormes nuisances", notamment sonores, causées par les camions de ces commerçants, de jour comme de nuit.

Pendant presque un mois, cette cité a vécu une situation de tension qui a même conduit à des interminables bagarres.

A noter que les affrontements de ce jeudi ont fait plusieurs blessés dont un commissaire de police et ont permis l’arrestation de douze commerçants « forcenés ».


Partager cet article :
10 commentaire(s) publié(s)
l’espoir :
Il faut que le droit triomphe sur la force (et l’argent). Ces commerçants ont irrigués en droit une faiblesse momentanée (qui à durée tout de même plus de 20 ans) pour imposer leur façons de faire à de paisibles citoyens qui ne demandent qu’à vivre normalement dans leur cité résidentielle et non au milieu d’un tohubohu permanent. Que les commerçants s’installent dans des lieux spécifiques à ces activités qui sont particulièrement porteuses de nuisances tels que bruit, gaz échappement, détritus etc. Attention tout de même à la migration sauvage vers les cités limitrophes. Il se trouve déjà UN qui à squatté tout une parcelle le long de la voie ferrée avec quai d’expédition et tout le toutim . Mieux encore il à placer une plaque de sens interdit pour mieux indiquer son espace... comme un loups qui marquent son territoire en urinant tout (...)
Commentaire n°112294 :
Lambèse pour ces escrocs....
toufik :
ou sont les lots de terrains que l’ancien wali a attribué aux grossites trouvez les et le probleme sera reglé sinon j’ai une autre solution si vous voulez que je vous en donne et elle efficace une fois pour tous
ahmed :
vraiment du n importe quoi
Commentaire n°112340 :
Il faut sanctionner les responsables de cette situation et inviter les élus de la chambre de commerce à faire leur travail pour lequel ils ont été mandatés .
bichou :
Pas de concession ni pardon pour ces fauteurs de troubles . Il faut que la loi passe et que l’intérêt commun prime ! Je dis Dégagez et allez voir ailleurs !! Nous sommes tous avec vous habitants de la cité Kérouani. Que Sétif recouvre sa beauté et sa quiètude d’antan !!!
staifi men stif :
IL FAUT QUE L’ETAT DE DROIT TROUVE SON CHEMIN COMME AU BON VIEUX TEMPS STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOPPP A L’ANARCHIE DE BAZZZARRR ; IL FONT RENTRER DANS LEURS POCHES DES MILLIARD MÊME PAS ILS FONT UN NETTOYAGE DEVANT LEURS BOUTIQUES ; MISÈRE MISÈRE. ALLEZ VOIR A LA CITE HACHEMI COMME ON LE DIS KARTI EL HATTABA ;ON DIRAIS LA ZONE INDUSTRIELLE .QUE DES CLARQUES EN ROUTE EN PLUS YA LES ÉCOLIERS QUI FONT L’ALLER ET RETOUR ;LA CATASTROPHE EN LIVE .
INconnu :
qui sème le vent récolte la tempête......et puis dans un pays de non droit , l’anarchie est légion , donc tout est possible. à cela la solution est la révolte ou l’applications des lois par ceux qui savent qu’on ne peut pas les appliquer
Assirem :
c’est les étudiants de Béjaia qui ont ça !!!
mehdi ali :
la démographie de sétif a explosé depuis ces 20 dernières années,mais l’infrastructure ne suit pas.ou pas assez.l’aménagement de nos routes et chaussés devraient aitres une priorité ne serais ce que pour la sécurité de nos enfants et concitoyents.en revanche nuls ne devrais etre au dessus des loiset la,je parle a l’imparfait pour certaines raisons !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus