Accueil > Sports > ESS actualités (anciens articles) >

ESS Infos

Après CS Constantine - ES Sétif
samedi 3 décembre 2005, écrit par : Nedj

Stade Hamlaoui, Affluence nombreuse
Arbitres : Bouali, Ikhlef, Boudjelid
Avertissements : Fodhili (45’), Djabelkheir (38’) CSC, Younes (47’), Ikhlef (69’) ESS

But : Djabelkheïr (53’) CSC

• CSC :

Belhani, Kesrani (Bouderssa 11’), Belhamel, Fodhili (Khellaf 77’), Bouferma (Irmal 82’), Derahi,
Djabelkheïr, Laâmèche, Tibermacine, Zedam, Sissaoui
Entraîneur : Mahdaoui

• ESS :

Mezaïr, Younes, Defnoune, Hadj Aïssa (Ziaya 77’), Boutemdjat (Derradj 54’), Lahlouh, Ikhlef, Maïza, Keïta, Bensaïd, Fellahi
Entraîneur : Mansour Hadj

Malgré une pelouse gorgée d’eau le CSC et l’ESS ont réussi la performance d’offrir un spectacle de qualité sans pour autant atteindre les sommets. D’un côté une équipe locale qui avait le dos au mur et qui se devait de tout mettre en oeuvre pour glaner les points du match et d’un autre une formation sétifienne bien en jambes renfermant des
individualités de valeur, mais qui manqua d’intelligence offensive. D’ailleurs, la première action notable est à mettre à l’actif des visiteurs par l’entremise de Keïta
(5’) qui poussa Belhani à dévier le tir en corner. Il faut dire que la période d’observation fut de courte durée tant on entra rapidement dans le vif du sujet. La réaction clubiste eut lieu la 26’ lorsque Bouferma déborde sur le
flanc gauche pour se présenter seul devant Mezaïr son ballon à ras de terre devait terminer la course au fond. Hésitation de l’arbitre avant de constater un trou dans le petit filet. Contestation, réclamation et puis le match allait reprendre son cours. Le CSC se montrait encoreplus entreprant devant un réseau défensif sétifien bien
regroupé. On jouait la 40’ et Djabelkheir en contre alerta
Bouferma idéalement placé mais il se fit dévancer par
Mezaïr. La réplique sétifienne est immédiate avec ce centre de Keïta (45’) pour Hadj Aïssa dont la reprise de la tête rasera la transversale de Belhani. A la reprise, l’on sentait plus de motivation dans le camp clubiste. A peine 8’ de jeu qu’un contre des locaux ponctué par une ouverture de Fodhili que le gardien Mezaïr relâche dans les pieds de Djabelkheir qui ouvre le score au grand bonheur des supporters locaux. Après ce but, ce sera l’Entente qui profitera d’un léger repli pour imposer
son jeu mais tour à tour Fellahi, Hadj Aîssa et autre Lahlouh passèrent à côté de belles opportunités de trouver lafaille. A ce jeu le CSC optera par contre et aurait pu doubler la mise par Bouderssa si la passe de Djabelkheïr était dosée (90’). Dans le temps additionnel, l’ESS jeta toutes ses forces dans la bataille en pressant son
vis-à-vis avec à la clé deux corners qui ne donnent rien. Un succès qui permet au CSC de sortir la tête de l’eau en attendant le retour de plus de sept éléments indisponibles.

Mansour Hadj : « L’arbitre a faussé la partie »

« Connaissant parfaitement l’équipe adverse, je m’attendais à pareille difficulté, en utilisant une énorme débauche d’énergie tout au long du match. L’état du terrain n’a pas permis aux joueurs de faire étalage de tout leur savoir-faire. Mes joueurs auraient pu exploiter les multiples
occasions de but car on a eu certaines situations intéressantes, il nous fallait plus de maîtrise et de sang-froid surtout. Quant au point noir, ce fut l’arbitre de la rencontre qui a été loin d’être impartial. D’ailleurs, avec les images de la télévision vous allez voir que notre but inscrit est valable, car notre attaquant est venu de derrière d’où l’absence de position d’hors jeu. Ce fut par contre une rencontre moyenne et au cours de laquelle on était en mesure de partager au moins les points. »

Il n’a pas été épargné

Les craintes de Hadj Mansour, l’entraîneur de l’Entente de Sétif, se sont confirmées, car les Sanafir n’ont guère été tendres avec lui dès son entrée sur l’aire de jeu. Il a entendu des vertes et des pas mûres de la part d’un public qui estime que la responsabilité du coach est engagée et qu’il reste le principal mis en cause quant au mauvais parcours de leurs favoris.

Fellahi : « Il fallait oser davantage »

Pour l’ex-Clubiste Fellahi, sa formation de Sétif aurait pu
repartir avec le partage des points sans que personne ne crie au scandale : « Nous avons réussi à nous imposer dans l’entrejeu mais hélas sans être tranchants et efficaces. Notre adversaire du CSC a su réagir et c’est ce qui
explique l’énorme débauche d’énergie, car il était dans une
situation des plus critiques et devait gagner. En dépit de tout cet enjeu, il faut admettre que les débats se déroulèrent dans un total esprit sportif. Il faut dire aussi que la qualité de la pelouse est désastreuse et glissante. Il était difficile, voire impossible, de prendre le cuir et de le transmettre dans les meilleures conditions. Dommage pour nous, car c’était dans nos cordes de prendre au moins un point au CS Constantine d’avant-hier. »

Derradj : « C’est l’arbitre qui était hors-jeu, pas moi »

Après une absence de plus d’un mois et demi, revoilà Yacine
Derradj rétabli de sa blessure, qui reprend du service au sein del’Entente de Sétif. Il fut incorporé dans le match CSC-ESS à la 54’ de jeu. Il a même marqué un but, vingt-cinq minutes plus tard, malheureusement pour lui, refusé par l’arbitre ou plus précisément par le juge de touche.

Pensez-vous que le but que vous aviez inscrit était valable ?

Il était limpide et il n’y avait aucune position de hors-jeu, car en courant j’ai percé la ligne défensive puis marqué. Il n’y a donc aucun doute sur la clarté de mon but. Et s’il y a quelqu’un qui était hors-jeu c’est bien ce juge de touche. D’ailleurs, il a failli accorder un but
à l’adversaire non valable avant de se raviser et cela prouve qu’il n’était pas bien inspiré.

Et que pensez-vous de la rencontre en général ?

On ne peut parler de football, lorsqu’on évolue sur une telle pelouse, un vrai bourbier quoi ! Cela dit, nous avons fourni beaucoup d’efforts pour réussir un bon résultat. En vain.

Qu’est-ce qui a donc manqué à votre équipe ?

Je pense que c’est l’absence de cohésion dans le jeu . Avec le travail entrepris par Mansour Hadj, cette cohésion va s’établir et à partir de là, l’Entente ne peut que bien
se comporter.

Comment s’est fait votre retour sur le terrain ?

La blessure que j’ai contractée face à l’US Biskra m’a éloigné des terrains. Aujourd’hui, Dieu merci, je suis rétabli d’où mon entrée en fin de partie. J’espère figurer
parmi les rentrants à la prochaine rencontre face à la JS Kabylie.

Cette défaite ne semble guère arranger les affaires de l’ESS...

C’est vrai qu’elle nous a causé des désagréments comme ce retard au classement qu’on accuse par rapport au peloton de tête et bien sûr la déception chez nos supporters
qui, malheureusement, se sont habitués à des revers à l’extérieur. Cependant, nous allons redresser la barre, remonter la pente et faire des résultats aussi bien à la maison qu’en dehors . De toute façon, nous nous voyons condamnés à faire de meilleurs résultats pour se réconcilier avec nos supporters.

Votre prochain match contre la JSK ne s’annonce pas de tout repos, n’est-ce pas ?

Pour moi, toutes les rencontres du championnat sont difficiles. C’est pourquoi je m’attends à ce que ce match contre la JSK soit âprement disputé d’autant plus que c’est un adversaire qui s’illustre bien à l’extérieur comme ce fut le cas contre le NAHD, le CAB et tout récemment l’ASO Chlef Cependant, malgré cela, nous ne
ménagerons aucun effort pour le faire tomber, car nous n’avons pas d’autre alternative.

Source : Le Buteur


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus