Accueil > Sports > ESS actualités (anciens articles) >

ESS Infos

jeudi 8 décembre 2005, écrit par : Nedj

Bouadam : « Une victoire face à la JSK et c’est le déclic »

Vous ne voyagez pas bien, pourquoi ?

C’est à ne rien comprendre. Lors de notre dernier déplacement, le rendement était plus que satisfaisant,
seulement le résultat final n’a pas été en adéquation avec la prestation du collectif, qui ne méritait pas de perdre. Le jugement du directeur de jeu n’est pas étranger à cette guigne qu’on ne peut qualifier autrement. En dépit de cela,
le groupe ne baisse pas pour autant les bras et continue à travailler, sachant que nos efforts seront tôt ou tard récompensés.

Ne pensez-vous pas que vous faites là les frais d’une
préparation d’avant-saison quelconque ?

C’est possible. Ce que vous dites n’est pas faux, d’autant que le collectif est en train de s’en rendre compte avec le titanesque travail réalisé sous la houlette du duo
Belhout-Mansour, qui ne laisse rien au hasard. Leur démarche, axée sur le travail et encore le travail, est diamétralement opposée à celle de Zekri.

La phase aller tire à sa fin, quelle est votre appréciation à ce sujet ?

Tout ce que je peux dire, c’est que l’Entente, qui devait mieux faire, est en mesure de relever le défi. Il suffit pour cela qu’elle termine en beauté cette phase aller
qui n’a pas été à la hauteur des espérances.

Votre équipe a-t-elle les moyens pour se défaire de la JSK, du PAC et de l’USMAn ?

Pour faire le plein, il faut bien négocier match par match. Une victoire face à la JSK va, sans risque de me tromper, nous relancer. Car un succès face au leader aura un important impact sur le moral des troupes qui vont se libérer.

Vous devez avant cela vous réconcilier avec vos fans, non ?

Cette réconciliation passe inévitablement par une victoire face à la JSK, qui est un gros morceau.

Ne redoutez-vous pas la pression du public ?

Ce paramètre qui n’est pas négligé pèsera lourdement sur nos épaules, au début de la partie surtout. Pour atténuer les effets d’une telle donne, on doit lutter tels des guerriers tout au long d’un match qui sera difficile pour
les deux équipes. Pour sortir victorieux d’une telle confrontation, on doit obligatoirement être efficaces
devant, car on n’a le droit ni à l’erreur ni au ratage de la moindre occasion de but.

Hadj Mansour sous le choc

L’hostilité d’un groupuscule de supporters payés et orientés par les tireurs de ficelles fait du mal au coach, Hadj Mansour, qui trouve toujours une explication plausible à l’attitude de ces pseudo-supporters qui
ne représentent en vérité qu’eux-mêmes. Le technicien qui est touché dans son amour-propre par ce mauvais comportement qui n’honore pas ses auteurs est, le moins que l’on puisse en dire, sous le choc. Cet état de fait ne décourage pas pour autant le Palestinien qui continue de faire face à cette hostilité « commandée ». « Je n’arrive pas à expliquer toute cette hostilité à mon égard alors que je n’ai jamais tourné le dos au club surtout quand il était au plus mal. La position d’un groupuscule qui ne représente heureusement pas la majorité des supporters m’affecte mais ne me décourage pas, me motive à aller de l’avant rien que pour aider le club à surmonter cette mauvaise passe qui ne reflète pas les moyens dont dispose l’Entente en mesure de relever la tête » dira-t-il à ce sujet.

« Je n’ai aucun problème avec Belhout »

Beaucoup de choses ont été dites au sujet de la relation du Palestinien avec le « Belge » Rachid Belhout qui vient de renforcer la barre technique de l’Entente. Pour en savoir plus, on a contacté Hadj Mansour qui dément : « Je n’ai aucun problème avec Belhout, que je découvre. Rachid
est un homme charmant avec lequel le courant est vite passé. Comme le football est une langue universelle, nous parlons, Rachid et moi, le même langage. Pour ne rien vous cacher, je dois vous dire que tout baigne entre nous. Il n’y a aucune raison pour qu’on ne s’entende pas, car on travaille pour un seul but, à savoir remettre l’Entente au devant de la scène, comme elle le mérite. » Voilà donc une déclaration qui met fin aux spéculations.

Au Frantz-Fanon comme d’habitude

Comme à l’accoutumée, les Ententistes se sont, à la veille du match, retranchés dans leur « bunker », le Frantz- Fanon Hôtel, où ils ont pris l’habitude de préparer les matches à domicile. Les poulains du duo Belhout-Mansour profiteront pour visionner, à tête reposée, le dernier choc JSK-MCA, qui s‘est joué lundi dernier. Le staff technique qui fera, probablement, confiance au onze composé de Mezaïr, Amrane, Yekhlef, Maïza, Deffnoun, Keïta, Younès, El Hadi Adel, Bourahli, Hadj Aïssa ou Telbi et Fellahi, prendra à l’occasion des notes devant l’aider à concocter la meilleure recette, susceptible de contrer le leader, tout auréolé de son succès de lundi, arraché dans l’ultime minute.

Le baptême du feu de Telbi ?

Le jeune Telbi, qui a été convoqué contre le CSC sans pour autant prendre part au match, figure, à l’occasion de la venue du leader kabyle, dans la liste des 18 retenus pour cettte confrontation qui s’annonce indécise et palpitante à la fois. Cet autre choc de la 13e journée, sera vraisemblablement le baptème du feu de Telbi, un jeune qui promet. L’on ne sait en revanche pas si le joueur en question sera avec le 11 rentrant ou s’il fera son apparition au cours du jeu.

Match à guichets fermés

Contrairement aux derniers matches de l’USB et du NAHD qui n’ont pas été suivis par les supporters, la rencontre d’aujourd’hui, n’étant ni plus ni moins que l’autre affiche de la 13e journée, se jouera vraisemblablement
à guichets fermés. Le prestige de deux formations qui ont de tout temps gratifié la foule d’un football plaisant... oblige !

Entraînement à huis clos

Pour éviter tout débordement des supporters mécontents à
cause du dernier résultat concédé face au CSC, les exercices de la semaine se sont déroulées à huis
clos, et ce, sous le regard vigilant de policiers veillant au grain. Cette situation a permis aux Ententistes de travailler à l’aise, loin donc des oisifs et perturbateurs
n’ayant rien d’autre à faire que de venir au 8-Mai pour insulter le nouveau coach, Hadj Mansour, dont l’unique tort est d’avoir pris une équipe au moment où les autres « grands » techniciens lui tournaient le dos.

Le service d’ordre renforcé

Le choc ESS-JSK, qui est un tournant pour les partenaires de Keïta qui n’ont plus le droit à l’erreur, se déroulera sous l’oeil attentif d’un service d’ordre renforcé, appelé à tempérer l’ardeur des socios de l’Entente en colère
contre leur formation, très fébrile ces derniers temps, hors de ses bases surtout.

La piste Maouche écartée

Les Sétifiens ne veulent plus du Mouloudéen Kamel Maouche qui s’est distingué lors de l’intersaison en faisant une controversée navette entre l’USMA et le MCA. Les frasques du Bordjien qui, là où il passe, veut imposer ses caprices, n’ont pas été du goût des Ententistes qui en
connaissent un bout avec les « sorties » des « vedettes » qui font actuellement la pluie et le beau temps du côté d’Aïn El Fouara, gavée des trouvailles et des mauvais comportement de... « starlettes » qui ont grevé les caisses du club... pour rien !

El Hadi Adel reste

Annoncé un peu partout, le transfuge de l’USMAn qui a été
donné quasi partant pour l’USB, l’USMB, le MCA et à Annaba, n’ira selon, le boss de l’Entente, nulle
part. « Le joueur, qui n’a fait aucune déclaration dans ce sens, est plus qu’étonné par la teneur de ces dépêches faisant état d’un départ quasi certain d’El Hadi Adel vers
d’autres cieux. Pour mettre un terme à ces informations qui s’apparentent à de l’intox, le joueur restera bel et bien à l’Entente », nous confie Serrar qui met, ainsi,
un terme à la rumeur.

Diallo et Doumbia libérés

Contrairement à leur compatriote Souleïmane Keïta, qui a pris part à tous les matches, Diallo et Doumbia, qui n’ont pu s’affirmer à Sétif, sont les premiers libérés par l’Entente. La nouvelle a été annoncée aux concernés
le mardi 5 décembre par le boss du club en personne. Si Doumbia est sollicité par le CAB et des clubs tunisiens, la destination du frangin du Nantais Mamadou Diallo demeure inconnue. Le poulain du manager, Guedjali, ne trouvera sans nul doute pas de difficulté à trouver un club...preneur.

Diakité et un attaquant camerounais en renfort

L’Entente est sur le point d’enrôler deux attaquants d’un certain calibre. Le premier, qui évolue comme inter-gauche, est un autre Malien, Diakité, qui a joué en Belgique, en Allemagne et en Afrique du Sud. L’autre est un
Camerounais évoluant au centre de l’attaque. Ce duo qui doit remplacer les Doumbia et Diallo, doit en principe être à Sétif avant le 15 décembre courant.

Bourahli aux Emirats

Sans crier gare, le renard des surfaces prendra ce samedi l’avion en direction des Emirats arabes pour signer au profit d’un club de 2e division. Le joueur en question
a, une fois de plus, pris à contrepied son équipe alors qu’il n’a été, selon Serrar, le président du club,
contacté par aucun dirigeant de ce mystérieux club. Le joueur qui a été contacté par un Algérien résidant
aux Emirats, compte, d’après le numéro un rembourser à l’ESS le pécule perçu. Le calcul du joueur, qui a par cette démarche occulté l’intérêt du club, est forcément
différent de la vision des dirigeants qui, selon Serrar, ne
sont pas disposés à brader les intérêts de leur club : « L’Entente n’est pas un marché aux puces, c’est un
club structuré, ses intérêts seront sauvegardés. » Si on décode le message de Serrar, qui a tout fait pour récupérer l’ex-Usmiste, ce départ vers les Emirats ne sera pas aussi simple que le pensent lejoueur et ses « agents ».

Source : Le Buteur


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus