Accueil > Sports > ESS actualités (anciens articles) >

Belhout s’explique

samedi 25 février 2006, écrit par : Nedj

L’Entente de Sétif a gâchée jeudi dernier une belle occasion de soigner son compteur aux points et se rapprocher donc du haut du tableau. Gênés par une équipe oranaise ultra-défensive, les Bourahli et consorts ont fourni l’une de leurs plus mauvaises prestations depuis plusieurs semaines. Même s’il faut reconnaître que le club d’El Bahia a été quelque peu chanceux, grâce notamment à la barre qui a sauvé Acimi à deux reprises, les Sétifiens n’ont pas eu le rendement escompté pour autant. Le coach des Aigles noirs, Rachid Belhout, n’a pas d’ailleurs caché sa déception de voir son team rater deux précieux points car, estime-t-il, la victoire était largement à sa portée. “Oui, dans l’ensemble du match, je crois qu’on pouvait largement revendiquer la victoire. Si on analyse le film du match, on se dit qu’on a vraiment laissé échapper les trois points du succès. En première mi-temps, on a eu deux ou trois occasions nettes de scorer. On a manqué peut-être d’agressivité. Toutefois, en seconde période, on est revenu sur le terrain avec une meilleure détermination pour concrétiser notre domination. Dans le dernier quart d’heure, on a commencé vraiment à montrer quand même quelques belles phases de jeu, malheureusement le poteau on a voulu autrement. On n’a pas su trouver la faille pour empocher les trois points”, nous a-t-il dit. Justement sur le dernier point concernant la réaction un peu tardive de son équipe, notamment après l’entrée de Derradj et Bettaouaf, notre interlocuteur avoue que certains de ses joueurs sont peut-être passés à côté de leur sujet. “Si vous avez constaté que des joueurs sont peut-être passés à côté durant ce match et qu’ils n’ont pas eu le rendement nécessaire, c’est à mon avis justifié car certains d’entre eux reviennent de blessures et qui effectuent leur retour à la compétition doucement. Quant aux changements, je pense que là, c’est l’entraîneur qui décide le moment où il doit faire le changement à bon ou mauvais escient. Si vous pensez le contraire, cela reste votre avis”, nous a-t-il dit encore. À la question de savoir si ce semi-échec tombe au mauvais moment, à quelques jours d’un important rendez-vous en Coupe face à l’US Biskra, l’ancien driver du club belge de Vitron pense qu’un match ne ressemble jamais à un autre. “Non, ça n’a rien à voir. Je pense qu’il faudra s’y prendre match par match. Si on commence à penser au match de Coupe avant de l’avoir joué, ça n’a aucun sens. Ce n’est pas la finale qu’on va disputer. Si s’était le cas, on pouvait le dire. On va disputer une rencontre de coupe, certes très importante, mais il fallait qu’on joue cette rencontre face à Oran, qu’on aurait pu largement gagner. C’est dommage”, a-t-il conclu. Dans un autre registre, on a appris que Aziz Benouadih ne jouera pas finalement à l’Entente, club avec lequel il s’est engagé au mercato. Faute, en effet, du certificat international de transfert qui lui aurait permis d’être qualifié au sein de la composante sétifienne, le Franco-marocain rentrera chez lui au courant de cette semaine, lui qui a longtemps espéré obtenir le fameux document de la part de la Fédération royale marocaine de football. C’est le cas également de l’Angolais Yulu Christian qui regagnera les siens après avoir constaté que sa situation dans l’équipe ne va pas se développer. À noter enfin que le trio Maïza-Hadj Aïssa- Mezaïr ont rejoint hier, l’EN en prévision de son match amical face aux Étalons du Burkina Faso, qui aura lieu à Rouen en France mardi prochain.

F. R., Source : Liberté


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus