Accueil > Sports > ESS actualités (anciens articles) >

ESS Infos : la griffe de Belhout

mercredi 15 mars 2006, écrit par : Le Buteur, mis en ligne par : Nedj

Après une phase aller mi-figue, mi-raisin, le onze ententiste qui en a déçu plus d’un durant cette période, retrouve ces derniers temps sa verve d’antan. Le retour
sur le devant de la scène tout comme la descente aux enfers ne se fait pas par hasard. Il y a des causes et des origines, le coach, Rachid Belhout, qui avait pris le train en marche, a, en peu de temps, pu huiler la machine. Le technicien, qui débarque dans un milieu qui lui est étranger, observe ses nouveaux joueurs, prend des notes, fait des tests, s’habitue petit à petit à la mentalité, effectue des réglages au sein du onze qui répond à la vision du driver, mettant tout son savoir-faire et les 29 années d’expérience acquises en Belgique, au service
d’un groupe qui était en début d’exercice, dépourvu de manager. Le « Belge » fait passer son message, le groupe, qui le reçoit cinq sur cinq, se métamorphose au fil des
matches qui ne sont pas tous des modèles. Belhout, qui reconnaît que sa bande était composée de talentueux joueurs, insistait davantage sur l’engagement et la virilité qui ont fait défaut, des journées durant, aux partenaires de Maïza qui allient, ces derniers temps, fougue et talent. Qu’on le veuille ou non, le mérite de Belhout est grand. Ce dernier, qui a trouvé le onze type, a par ailleurs su mettre en confiance certains réservistes
qui sont vite rentrés dans le bain de la compétition. L’incorporation de Delhoum, Debbouz, Raïs, Derradj, Bouadam et du jeune Djabou, n’a pas donné l’effet inverse. Bien au contraire, elle a permis aux précités de démontrer ce qu’ils sont capables de faire et a aussi réconforté le coach,dans ses choix qui se sont avérés judicieux. En gentleman, Belhout ne tire pas la couverture vers lui et considère que le mérite revient aux acteurs : « Les jeunes, qui possèdent une très bonne marge de progression, sont
attentifs, travaillent bien. Tout le mérite leur revient », dira le coach qui vient de mettre ses empreintes sur un décor qu’il façonne bien.

Benchaïra : « Je suis triste pour Biskra »

L’Entente a le vent en poupe, ces derniers temps, non ?

Le passage à vide, qui fait désormais partie des mauvais souvenirs, ne pouvait perdurer éternellement. Je pense que l’Entente, qui n’arrivait pas à trouver ses marques lors de la phase aller, et ce, pour des raisons évidentes, a
bel et bien consommé son pain noir.

Vous avez mis du temps pour retrouver vos marques...

Ce n’est pas du tout évident de tout refaire et presque de zéro. Le groupe, qui a été constitué quelques jours avant l’entame du championnat, avait besoin de temps pour s’adapter à la mentalité de la maison et aussi pour avoir la cohésion. Croyez-moi, la précédente étape n’a pas été
facile à vivre pour tout le monde, à commencer par les joueurs qui n’arrêtaient pas de s’interroger.

A quoi attribuez-vous ce regain ?

Le regain comme vous le dites ne date pas d’hier. C’est tout simplement le fruit d’un travail qui finit toujours par payer. Le mérite revient plus particulièrement au
coach Belhout qui a su remettre le groupe en confiance. Pour moi, le dernier match de l’aller face à Annaba été le détonateur. Cette rencontre ayant été gagnée dans l’ultime seconde, a galvanisé le groupe qui ne doute plus. Cela
dit, le plus dur reste à faire.

Et à titre personnel, comment vous sentez-vous ?

La galère du début de saison est oubliée. Je me sens, et à l’instar de mes coéquipiers, comme un poisson dans l’eau. La confiance du coach qui m’a beaucoup aidé me pousse à aller de l’avant. Pour ne rien vous cacher, je suis en
forme...

En forme pour marquer des buts décisifs !

Après celui de Chlef, le but inscrit contre le MCA m’a fait du bien d’autant qu’il intervenait au moment où il y avait un score de parité. Mon but et celui de Benyounès démontrent qu’à l’Entente tout le monde attaque et tout le monde défend. Même Bourahli nous aide souvent au milieu et en défense.

La dernière semaine a été, avec trois victoires dont deux
face à l’USB, faste pour l’Entente...

Ce n’est pas donné de gagner trois matches d’affilée. Le groupe, qui a été tenu en échec dans un match à huis clos, s’est juré de remonter la pente, rien que pour faire plaisir à ces milliers de supporters, qui croient en nous. Et la suite, vous la connaissez.

Avez-vous été marqué par les confrontations de votre
ex-équipe ?

En professionnel, je ne devais pas me débiner. Lors du match de coupe, je n’avais fait que le boulot pour lequel je suis payé. J’ai, pour une suspension, fait l’impasse sur le match de championnat. Je tiens à préciser une
chose, avec ou sans suspension, j’avais décidé de ne pas prendre part à ce match, capital pour l’USB qui reste chère dans mon coeur. Le coach et les dirigeants ont à cet égard été compréhensifs.

Quel est votre sentiment en voyant l’USB dans une telle
position ?

Je suis à la fois triste et malade. Le club qui a attendu
plus de 71 ans pour accéder, ne mérite pas un tel sort. D’autant que Biskra regorge de grandes potentialités. Les fans doivent encore y croire car, pour moi, impossible n’est pas biskri.

Jeudi, vous aurez en face de vous, Blida ; comment voyez-vous ce match ?

Le classement actuel ne reflète en rien les capacités de la formation blidéenne qui demeure redoutable et difficile à manier. L’USMB qui reste sur une victoire, se déplacera à Sétif pour confirmer. De notre côté, on est dans
l’obligation de gagner afin de nous rapprocher davantage du
trio de tête. Un autre match difficile, en perspective.

Vous êtes en fin de contrat, pensez-vous à votre prochaine
destination ?

Il est fort probable que je reste à Sétif où je ne manque de rien.

Propos recueillis par B. B.

Il était contrarié...

Le demi-défensif, Azeddine Benchaïra, n’a pas pris part au dernier USB-ESS à cause d’une suspension pour cumul de cartons. Le joueur, qui s’est déplacé à Biskra, a préféré rester à la maison plutôt que de se rendre au stade, d’autant que le club de sa ville natale qui jouait son vatout et celui de sa ville adoptive avait une bonne opportunité pour coller au peloton de tête. Azeddine, Aza pour les intimes, était, et c’est le moins que l’on puisse en dire, devant un grand dilemme. Le succès de son club employeur ne lui a pas déplu et la défaite de son club, l’USB, lui a fait d’un autre côté mal, très mal. Ce jour-là, Aza était le plus contrarié des vainqueurs.

Des forfaits en cascade

La reprise des entraînements, précédant un autre difficile match à disputer jeudi prochain face à Blida, s’est caractérisée par de nombreuses absences. Zarabi, Bensaïd,
Ziaya, Derradj et Maïza manquaient à l’appel. Ces forfaits en cascade contrarient quelque peu le staff technique sétifien qui est à chaque fois obligé de chambouler son onze rentrant... Contrairement à Derradj et Maïza, les autres précités feront sans nul doute l’impasse sur le match de Blida.

Defnoun de retour

Après plusieurs semaines d’inactivité, Mehdi Defnoun vient de reprendre du service. La nouvelle a été bien accueillie par les supporters. Le stoppeur, qui doit en principe
reprendre sa place lors du derby CAB-ESS, ne s’entraîne non
seulement plus en solo mais vient de reprendre le contact avec le cuir qui lui a vraisemblablement manqué.

Dix joueurs avertis

Dix joueurs et pas des moindres sont sous le coup de la menace d’un 3e avertissement synonyme de suspension. Les Bourahli, Maïza, Bettouaf, Zarabi, Yekhlef, Benyounès pour ne citer que ceuxlà doivent faire attention. Benchaïra, qui vient de purger, vient donc de remettre son compteur
à zéro.

Le CRB s’intéresse à Djabou

L’international junior Abdelmoumen Djabou intéresse plus que jamais le CRB qui veut enrôler cet inter-gauche qui est, le moins qu’on puisse en dire, pétri de qualités.
Moumouche peut, s’il garde les pieds sur terre, devenir un
grand joueur, un digne successeur des grands Adjissa, Salhi, Mettem et Malik Zorgane pour ne citer que ceux-là.

Les joueurs régularisés

Les partenaires de Bourahli qui sont en matière de prise en charge mieux lotis que de nombreux pensionnaires de la division une, ont, avant de partir à Biskra, perçu une autre tranche de la première prime de signature. La régularisation de la situation permet à la bande de Belhout de se concentrer uniquement sur son sujet.

Pas de prime spéciale...

La victoire de jeudi obtenue à Biskra n’a pour l’heure
fait l’objet d’aucune gratification spéciale. Les joueurs qui n’ont, en vérité, fait que leur boulot, n’ont rien demandé. Ils se sont, nous dit-on, contentés des félicitations des Ententistes qui ont apprécié la production des protégés de Belhout qui savent voyager, de temps à autre.

Hadj Aïssa enlève l’attelle

Le maître à jouer de l’Entente, qui a évolué jeudi dernier
avec une attelle à la main, vient d’enlever le plâtre placé
lundi dernier à l’issue du match ESS-MCA. Hadj Aïssa qui a été « bousculé » par un défenseur mouloudéen est complètement
rétabli.

Derradj grippé

Yacine Derradj, l’heureux buteur du week-end dernier, a
brillé par son absence. Lors de la reprise, l’enfant de Khellil s’est inscrit aux abonnés absents. Renseignement pris Yacine était malade. Une grippe l’a fortement secoué. Ce malaise n’a pas empêché Yacine de reprendre, dimanche le chemin des stades et le staff médical qui était aux
petits soins pour le joueur en question, veillait donc au grain.

Maïza victime d’un accident

Le libéro de l’Entente, Adel Maïza, a été vendredi victime
d’un accident de la route non loin d’El Eulma alors qu’il prenait la direction de Annaba où réside sa famille. Dieu merci, Adel s’en est sorti indemne. Ce choc qui l’a quelque peu « sonné » a poussé le staff technique sétifien à le ménager et à lui accorder deux jours de repos. Le joueur devait reprendre l’entraînement, hier, lundi.


Partager cet article :

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus